dans Coiffure, Image de soi

Fini les colorations ! Vive les cheveux blancs, gris et argentés !

Il y a 9 mois, je décidai de laisser pousser mes cheveux blancs en arrêtant tout simplement de les colorer. Dans ce premier article sur ce thème, je vous explique pourquoi j’affiche aujourd’hui une chevelure argentée. A travers mon expérience, je vous parle de la mode des cheveux blancs et de leur symbolique, des stéréotypes et de leur impact. J’aborde également l’acceptation de soi, la réconciliation et l’harmonie avec votre image.

Transition cheveux gris - laisser pousser mes cheveux blancs gris

8 mois séparent ces 2 photos : 8 mois de surprises, d’étonnements, d’amusement et de doutes aussi 🙂  

Ligne pointillée séparatrice

La prise de conscience pour laisser pousser mes cheveux blancs

L’idée me trottait dans la tête depuis plusieurs mois sans arriver à passer le cap. Il y a tant de raisons pour lesquelles on veut cacher ses cheveux blancs. Cependant, quand on cherche l’authenticité et le naturel, on ne peut plus continuer.  Et quand on aide à longueur de journée des femmes à s’épanouir et à s’accepter, il est temps de montrer l’exemple, non ? 😉.

Tout d’abord, j’entendais de plus en plus de femmes que j’accompagnais me confier qu’elles adoreraient laisser pousser leurs cheveux blancs. Puis m’avouer deux secondes plus tard qu’elles n’oseraient jamais. Elles en rêvaient, mais la pression sociale était trop forte. La peur du regard des autres, du jugement, du mépris… les terrorisait. Le doute les envahissait. Ça allait parfois loin. A ce moment-là, j’ai réalisé qu’il n’était plus possible que nous, les femmes, nous laissions dominer par de telles émotions limitantes. Que finalement, en continuant à me teindre les cheveux, je contribuais à entretenir les stéréotypes que je combattais.

Puis, une autre motivation a fait son apparition. J’en avais vraiment assez de faire des colorations tous les 15 jours. Les colorations végétales en 2 temps au henné et à l’indigo pour couvrir mes cheveux blancs étaient, certes, très efficaces mais aussi très fastidieuses et chronophages.

Enfin, il y avait cette petite voix intérieure qui me disait : « si tu veux être en harmonie avec toi-même et authentique de la tête aux pieds, réconcilie-toi avec ton être tout entier et laisse ta crinière argentée s’exprimer ».

Alors, le 16 février de cette année, je décidai de laisser pousser mes cheveux blancs pour afficher fièrement ma nouvelle chevelure grise.

J’aide les femmes à se libérer de leurs peurs, leurs doutes, leurs croyances et leurs conditionnements en les réconciliant avec qui elles sont intrinsèquement, en révélant leur essence et en l’alignant avec l’image qu’elle présente au monde.

Laisser pousser mes cheveux blancs pour me libérer - peinture d'Anna Diviani

Peinture d’Anna Diviani 

L’aide précieuse de la mode des cheveux blancs, gris et argentés

Quand j’ai décidé de laisser pousser mes cheveux blancs, je ne savais pas que j’arrêtais à un moment où ça devenait une mode. Ce que je ne savais pas non plus, par ailleurs, c’est que ma sœur aînée arrêtait elle aussi les colorations, presque jour pour jour ! Dans ces conditions, je me suis sentie soutenue et plus sereine pour accepter ma nouvelle chevelure et donc une part de moi encore inconnue.

Des cheveux blancs gris en famille

Ma sœur adorée et moi avons laissé pousser nos cheveux blancs en même temps… sans nous concerter !

Il faut souligner que lorsqu’on effectue un changement physique important pour soi, le regard de l’autre prend une dimension encore plus puissante. On y cherche un réconfort ou une approbation pour se rassurer. Pour une fois, j’ai apprécié la nouvelle mode, celle du « blande » (terme inventé à partir de « blanc » et « blonde » pour décrire une chevelure blanche ou poivre et sel). En France, la journaliste de mode, Sophie Fontanel, a été l’initiatrice de ce mouvement libérateur en écrivant son livre « Une apparition » et en s’affichant avec sa crinière blanche sur les réseaux sociaux. Elle a su défier les critiques les plus acerbes. Et finalement, elle en est sortie victorieuse en entrant dans la lumière.

Nul doute que les cheveux blancs révèlent qui l’on est vraiment lorsqu’on les libère. On arrête de se mentir. On est vraies, authentiques, nous, quoi ! En tout cas, j’assume tout à fait cette part de moi qui n’était pas encore alignée. C’est d’ailleurs pour cette raison que je vous raconte mon expérience de la transition vers les cheveux gris-blancs. Je souhaite aider celles qui aimeraient franchir le pas et qui doutent encore, qui n’osent toujours pas, malgré ce nouveau courant libérateur.

Que rejetons-nous en refusant de laisser pousser nos cheveux blancs ?

La symbolique du cheveu blanc : signe du vieillissement et du laisser-aller

Les cheveux blancs et les rides sont les principaux symboles du vieillissement.

Pour être tout à fait exact, je devrais préciser qu’ils sont les symboles du vieillissement pour les femmes en particulier ! On les accepte volontiers quand il s’agit d’un homme. Il est fréquent d’entendre (de la bouche des femmes, s’il vous plaît) « oh, ce poivre et sel et ces rides autour des yeux lui donnent un charme fou ! »

On se pâme alors devant George Clooney (enfin, en ce qui me concerne, il n’a jamais été mon type d’homme…). On dévisage notre voisin avec cette petite barbe de 3 jours où se profilent des poils blancs qui lui donnent un air aventurier. Bref, en matière de cheveux blancs, les hommes sont bien mieux lotis que nous.

les cheveux blancs et les rides symboles de la vieillesse

Le cheveu blanc est aussi un signe de laisser-aller dans notre culture.

Ça ne fait pas « net », pas « clean » dans nos vies de plus en plus éthérées. D’autant que le cheveu blanc est souvent un cheveu moins discipliné, au même titre que le cheveu frisé, d’ailleurs. Mais alors, à quoi vais-je ressembler avec mes cheveux gris et frisés !?! Une indomptable rebelle ? Une négligée ? J’en rirais si ce n’était pas si néfaste pour les esprits influençables et sensibles. J’ai même entendu un coiffeur dans une vidéo sur internet annoncer fièrement que les cheveux gris n’étaient pas esthétiques pour des cheveux frisés. Du grand n’importe quoi ! C’est avec des inepties pareilles que de nombreuses personnes ne s’aiment pas et tentent désespérément de devenir quelqu’un d’autre. N’oubliez jamais : vous êtes magnifique, peu importe la couleur et la nature de vos cheveux ou de votre peau. Le problème vient des autres, pas de vous.

34 ans serait la moyenne de l’apparition des cheveux blancs. Il est assez fréquent d’entendre des jeunes dire qu’ils ont eu leur premier cheveu blanc à l’âge de 20-25 ans. De mon côté, j’ai eu le mien à 21 ans. Et vous, à quel âge avez-vous eu votre premier cheveu blanc ? Vous souvenez-vous de ce que vous avez ressenti alors ? Dites-moi tout dans vos commentaires ci-dessous !

Une société qui n’aime pas vieillir

On vit à une époque où on dévalorise complètement le vieillissement. Tout nous pousse autour de nous à vivre dans la crainte de vieillir.

Les secteurs de la mode et de la beauté à travers les publicités, les journaux, les magazines et la télévision, etc. nous envoient constamment des images de femmes et d’hommes jeunes et parfaits. Tout y est lisse et surfait. Les retouches et les promesses sont parfois tellement grossières que je me demande comment on peut encore tomber dans le panneau. En agissant ainsi, on passe les trois quarts de sa vie à fuir la réalité et à avoir peur d’une étape inévitable qui, contrairement aux apparences, nous apporte beaucoup.

Quand on passe le cap des 45-50 ans, en France, on nous offre de jolis cadeaux. Sur le plan professionnel, à 45 ans, on reçoit le décompte de nos points retraite. En entreprise, on nous fait gentiment comprendre qu’à cet âge-là, on est senior. A 50 ans, on nous demande de passer une batterie d’examens pour vérifier notre santé. Bref, à cette période de la vie, on bascule dans l’antichambre de la mort. Quoi ?! Mais comment ça ?! Eh oh, réveillez-vous ! On vit de plus en plus vieux et en meilleure santé ! Ne trouvez-vous pas que quelque chose cloche là-dedans ?

Comprendre et valoriser cette période de la vie devrait faire partie de nos premières préoccupations.

Vieillesse et jeunesse par Geluck - Laisser pousser mes cheveux blancs

© photo : Le Chat par Philippe Geluck

Laisser pousser ses cheveux blancs pour vivre en harmonie avec soi et valoriser les signes du temps

Depuis toute petite, les personnes plus âgées me fascinent car je sens et je sais que beaucoup possèdent un savoir, un trésor inestimable. J’ai fait mes études supérieures à Vichy, dans l’Allier. A 18 ans, j’adorais me prélasser sur un banc du parc du casino et souvent je me retrouvais à discuter avec des personnes âgées. J’ai beaucoup aimé ces échanges riches et chaleureux. Je leur apportais ma jeunesse, mon énergie et mon innocence et elles m’apportaient leur vision plus sage, distanciée et posée. Un partage intense. J’étais loin des cyniques caricatures que l’on pouvait faire de la vieillesse.

La vraie beauté, c’est l’harmonie car, elle a la capacité de créer du plaisir, de l’attraction et du bien-être à nous tous qui la croisons.

Mais alors pourquoi n’arrivons-nous pas à vieillir en accord avec la vie ? Parce qu’on a décidé d’associer les codes de la beauté en grande partie à la jeunesse (devant la minceur, la couleur de la peau, les formes du visage, etc.). J’ai baigné une grande partie de ma vie dans ces codes lorsque j’étais mannequin. Et, croyez-moi, ce que j’ai vécu dans ce secteur de la mode n’était pas glorieux. Beaucoup de frustrations et de contraintes. Rien d’authentique à part les créations elles-mêmes. Peu de choses ont changé depuis, malheureusement.

Voilà pourquoi mon travail repose sur l’harmonie intérieure et extérieure des personnes que j’accompagne. Car elle engendre plaisir, attraction et bien-être à nous tous qui la croisons et l’observons.

Laisser pousser ses cheveux blancs - Un regard nouveau

Vers l’acceptation de soi pour mieux s’épanouir

Nous regardons trop ce qui ne va pas et ce qui ne correspond pas à « la norme ».

C’est particulièrement le cas des femmes avec leur physique. Leurs exigences sont très élevées en la matière. Et de ce fait, elles pensent ne jamais être assez bien, peu importe la situation. Voilà ce qui se passe bien souvent face à ces messieurs qui, eux, se préoccupent moins de leur apparence. Une majorité de femmes a une image de soi, une estime de soi et une confiance en soi peu élevées. Ce qui réduit considérablement leurs chances de s’épanouir et de réussir leur vie.

Et si vous décidiez de mettre un terme aux comparaisons destructrices ? Si vous arrêtiez une bonne fois pour toutes de vous prendre la tête avec ce qui n’est pas assez beau… à vos yeux ? D’autant que, bien souvent, les autres ne remarquent même pas ce qui vous gêne. Si vous commenciez à valoriser ce qui va bien et à être satisfaite de ce que vous possédez déjà ?

Le charisme ne vient pas de la beauté physique, mais de ce que vous dégagez : l’optimisme, l’enthousiasme, la joie, le bien-être, le dynamisme, la sympathie, l’attention, la bienveillance, l’amour, etc. Toutes ces aptitudes et ces émotions véhiculent des énergies élevées et bénéfiques que vous transmettez et que les autres captent. En résonance, elles vous permettent d’attirer des personnes et des situations qui ont la même vibration bienfaitrice.

Alors portez vos cheveux blancs avec fierté et assumez-les sans crainte. De plus en plus de femmes osent être elles-mêmes en modifiant leur façon de se regarder et donc de regarder les autres. Oui, mes Lumières, les femmes sont en train de changer les codes des cheveux blancs et gris. Et ça, c’est une merveilleuse nouvelle !

Pascale Loko - J'ose laisser pousser mes cheveux blancs-gris

Au bout de quelques semaines, je trouvais cela terriblement exaltant d’avoir une nouvelle tête et de vivre une aventure particulière qui m’apprendrait énormément sur moi-même et les autres.

Allais-je tenir le défi ?

Il semble que oui, regardez !

J’assume avec de plus en plus de plaisir. Et même si j’ai beaucoup douté, j’éprouve aujourd’hui une réelle libération et une véritable joie à arborer ma couronne argentée. 🙂

Ligne pointillée séparatrice

Finalement, laisser pousser ses cheveux blancs est un acte d’amour de soi, d’estime de soi, de confiance en soi, d’optimisme et de lutte contre les stéréotypes. On en deviendrait presque des héroïnes ! ^^

Si vous aussi rêvez d’arrêter les colorations, mais que vous n’osez pas, dites-le-moi dans vos commentaires. Et si vous avez besoin de conseils, alors  je vous livrerai les astuces que j’ai utilisées pour y parvenir en douceur et avec plaisir dans de futurs articles. J’ai d’ailleurs réalisé quelques vidéos pendant ces 9 mois pour ne rien oublier de cette aventure. Je pourrai les diffuser sur ma chaîne Youtube. Qu’en dites-vous ?

Il va de soi que je vous expliquerai comment ma colorimétrie a évolué avec l’apparition de mes cheveux gris. Je ne porte plus tout à fait les mêmes couleurs car mes cheveux ont changé mon rayonnement personnel.

Enfin, pour réussir efficacement votre transition vers les cheveux blancs/gris, je peux vous accompagner individuellement en ligne ou en présentiel dans une harmonisation de votre image intérieure et extérieure.

 

On se retrouve bientôt sur Votre Image en Lumière !

  •   
  •  
  •  
  •  
  • 6
  •  
Showing 4 comments
  • Stephanie Rubera
    Répondre

    Bonsoir Pascale, je suis très heureuse que tu aies osée cette démarche et que tu maintiennes ce défi avec autant de fierté. En effet, il est temps de s’accepter et d’échapper ainsi au dictats de la mode (même si pour une fois elle va dans le bon sens). Il est temps dans la foulée d’accepter nos formes souvent plus généreuses au fil du temps. Et enfin merci à toi d’accompagner avec ton œil d’experte et ton savoir-faire génial toutes ces femmes qui franchiront le pas. S’accepter ce n’est pas renoncer, c’est vivre en harmonie et en équilibre entre être et paraître.

    • Pascale
      Répondre

      Merci pour ton retour très positif, Stéphanie ! Tu as tout bien résumé. Les femmes sont tellement belles dans toutes leurs différences de couleurs, de formes, de styles et de personnalité. Marre des stéréotypes, des préjugés et de ces carcans dans lesquels on essaie de nous enfermer (en y participant parfois nous-mêmes sans vraiment en avoir conscience).
      Un grand J’AIME à : « S’accepter ce n’est pas renoncer, c’est vivre en harmonie et en équilibre entre être et paraître ».

  • Valérie Armand
    Répondre

    Merci Pascale pour ce joli article qui illustre la sagesse de l’acceptation de soi, telle quelle.
    Et j’aime beaucoup ton choix d’images et peintures .
    Je laisse mûrir sereinement ce projet de ne plus dissimuler mes cheveux gris.
    Dans l’attente de bientôt faire partie du club des «  naturelles » je vous adresse à toutes, mon affection.
    Valérie

    • Pascale
      Répondre

      Merci à toi, Valérie, pour ton retour positif et très intéressant sur ton envie de passer à l’action. Nous pourrons en reparler quand tu le souhaiteras. Ici ou en privé :). Je te conseille d’aller sur Pinterest pour découvrir toutes ces femmes qui ont décidé de franchir le pas. Tape « cheveux gris », « cheveux blancs » ou « transition cheveux blancs », par exemple, dans le moteur de recherche et tu seras comblée ! A très bientôt !

Leave a Comment